Comment soigner un petit bobo avec une seule huile essentielle ?
13
juin
0
Sébastien Delronge Blog Home
Comment soigner un petit bobo avec une seule huile essentielle ?

Je vais vous parler aujourd'hui d'une H.E. indispensable dans toute trousse de secours ou de vacances.  Pour soigner une blessure (égratignure, écorchure, éraflure, morsure, etc) superficielle, rien de tel que l'HE de lavande vraie.

Elle cumulera toute une série de propriétés intéressantes :

  • ses monoterpénols (linalol) lui confèrent de bonnes propriétés anti-bactériennes, et donc elle aura une action désinfectante

  • cette même molécule, le linalol, est connue pour être une excellente tonique cutanée, ce qui explique les propriétés fortement cicatrisantes de la lavande

  • grâce à ses esters (acétate de linalyle), elle sera aussi anti-inflammatoire (ce qui évitera donc une inflammation locale de la blessure)

  • enfin, plusieurs molécules auront un effet antalgique et apaiseront donc toute douleur consécutive à la blessure.

 

C'est sans aucun doute une HE à avoir toujours avec soi quand on a des enfants ! Avouez qu'aucun produit ne cumule autant de propriétés utiles sur une blessure... plus besoin d'utiliser les produits rouges vendu dans le commerce, il ne sont que désinfectants et ils sont très chimiques ! En plus, les HE ne piquent pas quand on les applique sur une blessure. Avant de recouvrir la blessure d'un sparadrap, attendez juste que la peau sèche et que l'HE ait bien pénétré afin que le sparadrap colle bien.

 

Dans certaines situations, il peut être intéressant de la combiner la lavande vraie à d'autres HE :

  • pour une blessure très infectée (ou pour laquelle on craint une infection, par exemple suite à un contact avec des matériaux sales), je préfère commencer par désinfecter la blessure avec de l'HE de tea-tree car elle est nettement plus anti-bactérienne que la lavande vraie.  Comme elle n'est pas aussi polyvalente (elle n'aura pas les autres propriétés citées ci-dessus), il faudra passer à la lavande vraie par la suite.

  • pour une blessure qui saigne beaucoup, il est utile d'ajouter un peu de ciste ladanifère, l'HE la plus fortement hémostatique (elle interrompt le saignement).

  • pour une blessure qui provoquerait des démangeaisons (ou une réaction allergique par exemple), il serait intéressant d'utiliser une HE anti-prurigineuse et anti-histamminique comme la tanaisie annuellela matricaire, ou même la camomille noble.

 

Faut-il diluer ?

  • tant qu'on agit sur une surface localisée, il n'est pas nécessaire de diluer ces HE. On peut, quelque soit l'âge, les utiliser pures sur la peau. Dans celles citées ci-dessus, je resterais juste prudent avec le tea tree car il est assez puissant et peut irriter la peau des bébés (en dessous de 30 mois) si on ne la dilue pas.

  • sur une grande surface (par exemple une blessure qui couvrirait une bonne partie du bras, de la jambe, etc), on peut diluer à 50 % l'HE dans une huile végétale adaptée. Il est intéressant de profiter des propriétés des huiles végétales comme la rose musquée pour ses propriétés cicatrisantes, ou le calendula pour son action anti-inflammatoire.

 

Combien de temps faut-il traiter et à quelle fréquence ?

  • il est important au début de renouveler l'application de ces HE assez souvent (au moins 3-4 fois par jour)

  • ensuite, on peut continuer à appliquer de la lavande vraie diluée à 50% dans de l'HV de rose musquée 2 fois par jour (matin et soir) pour ses propriétés cicatrisantes, et ceci jusqu'à cicatrisation complète (sans dépasser 3 semaines de traitement).

 

Si la cicatrice ne disparaît pas ou si l'on veut traiter d'anciennes cicatrices, je vous renvoie à un article que j'ai publié à ce sujet

N'hésitez pas à me contacter pour toute question ou demande de préparation: par mail: seb@alternatures.be

Pour prendre rendez-vous directement en ligne: www.delronge.progenda.be

Vous pouvez aussi m'envoyer un mail (même vide) pour être automatiquement inscrit(e) à ma newsletter !

Sébastien

Leave your comment