Probiotiques : pourquoi en avez-vous besoin ?
9
nov.
0
Sébastien Delronge Blog Home
Probiotiques : pourquoi en avez-vous besoin ?

 

DEFINITIONS

L'intestin est le 1er organe immunitaire de notre organisme (il contient 60% des cellules immunes).  Il abrite une flore de 100.000 milliards de bactéries, ce qui représente 10 fois plus que le nombre de cellules dans l'ensemble de notre organisme !  On considère de plus en plus cette flore comme un organe à part entière, que l'on nomme depuis peu le microbiote.  

Dans un organisme sain, ces bactéries appartiennent à 400 espèces différentes, dont 30 à 40 espèces principales (formant 99% de la flore, et essentiels à une bonne santé).

Notons que la flore s'étend en réalité à l'ensemble du système digestif (flore buccale, flore de l'estomac) et même génital (flore vaginale) ou cutané, et qu'une partie de la flore est constituée de virus, de champignons/levures, de parasites...

Le terme probiotique désigne les micro-organismes utiles (non néfastes) qui peuplent la flore.  La flore de base est formée lors de la naissance, mais elle évolue au cours de la vie, et sera impactée par l'alimentation, les maladies et infections, certains médicaments (on sait à quel point les antibiotiques vont détruire ces bonnes bactéries), etc.

Le rôle des probiotiques est surtout de lutter contre certains micro-organismes néfastes qui se développent dans le système digestif (et causent par exemple des diarrhées, des vaginites, des ulcères à l'estomac, des candidoses, etc).  Ils contribuent aussi à la digestion des aliments, à la santé intestinale générale (y compris la porosité de la paroi intestinale), au système immunitaire (ils vont à la fois stimuler l'immunité quand elle est faible (chez l'enfant ou la personne âgée) et calmer l'immunité trop active (allergies, maladies auto-immunes)).

Les principaux probiotiques sont les bactéries lactiques (elles produisent de l'acide lactique), elles comprennent par exemple les Lactobacillus, les Bifidobacterium, et certains Streptococcus.  Si on trouve ces bactéries dans certains aliments, comme les yaourts, la choucroute, les légumes lactofermentés et le salami, il est préférable de les prendre sous forme de compléments afin d'apporter un plus grand nombre de bactéries et d'avoir un réel impact sur la santé.

INDICATIONS 

Les effets sont donc nombreux sur l'organisme, et on peut conseiller des cures de probiotiques dans un grand nombre de cas :

1. La diarrhée

C'est un des effets les plus connus, que ce soit pour la diarrhée post-antibiotique, ou pour une diarrhée infectieuse (virus, parasite, bactérie) comme la gastro-entérite ou la turista (diarrhée du voyageur), les probiotiques ont un rôle préventif et curatif.

La plupart des études s’accordent à dire que des bactéries lactiques, en particulier Lactobacillus rhamnosus GG, Lactobacillus casei, Lactobacillus acidophillus, Bifidobacterium bifidus et la levure Sacharomyces boulardii peuvent réduire les risques de contracter une diarrhée infectieuse, tant chez les enfants que chez les adultes.  Ils peuvent également diminuer sa durée, après qu’elle s'est déclenchée.  En ce qui concerne la turista liée à la bactérie E-coli, c'est surtout la levure Sacharomyces boulardii qui a fait preuve d'un grand nombre d'études et qui est recommandée.

Pour la diarrhée post-antibiotique, une méta-étude en 2006 (regroupant 31 études sur 3000 patients) a démontré une réduction de 57% des risques de diarrhée, en particulier avec Saccharomyces boulardii, Lactobacillus rhamnosus GG et certaines combinaisons de deux probiotiques.  Une étude plus récente démontre aussi l'efficacité des Lactobacillus rhamnosus GG et Lactobacillus gasser, administrées seules, ou la combinaison de Lactobacillus acidophilus avec Lactobacillus casei ou Lactobacillus bulgaricus, surtout chez l'adulte (chez l'enfant, le choix le plus simple reste  Saccharomyces boulardii en poudre, que l'on trouve en général dans les probiotiques pour enfants)

2. Le syndrôme de l'intestin irritable

L’effet des probiotiques sur les symptômes du syndrome de l’intestin irritable a fait l’objet de nombreuses études, depuis le début des années 2000. Les méta-analyses les plus récentes concluent qu’ils améliorent globalement l’état des malades, en atténuant notamment la fréquence et l’intensité des douleurs abdominales, les flatulences, les ballonnements et en régularisant le transit intestinal.

On peut noter en particulier l'efficacité des probiotiques Lactobacillus rhamnosus GG, Lactobacillus plantarum, Bifidobacterium infantis, Streptococcus faecium, Streptococcus thremophilus, Saccharomyces boulardii.

3. Infections à Helicobacter pylori

Cette infection très fréquente est la cause de nombreuses gastrites et de la plupart des ulcères gastroduodénaux. En 2009, les études sur l’efficacité des probiotiques pour aider à guérir cette infection ont fait l’objet de 2 méta-analyses. L’une d’elles (10 études, 963 participants) a montré que les bactéries lactiques (lactobacilles et bifidobactéries), combinées à d'autres traitements plus classiques, augmentent les chances de guérison. L’autre (8 études, 1 372 participants) a conclu que les lactobacilles améliorent non seulement le taux de réussite du traitement classique, mais qu’ils atténuent aussi ses effets indésirables.

4. Infections vaginales et candidose

Un déséquilibre de la flore vaginale crée un terrain propice au développement d’agents pathogènes et se traduit généralement par une vaginite.

Dans une revue systématique publiée en 2009, des chercheurs ont comparé l’efficacité de différents traitements contre la vaginose bactérienne, une des causes les plus fréquentes de vaginite. Ils ont conclu que l’utilisation locale de lactobacilles est plus efficace que les antibiotiques prescrits par voie orale (clindamycine, métronidazole). 

En ce qui concerne la candidose (infection à levure candida albicans), une étude de 2009 a que l’adjonction de lactobacilles renforcerait le traitement classique au fluconazole.  Quand on sait que les traitements naturels (comme l'origan) fonctionnent également mieux que le fluconazole, il me parait une bonne idée de combiner les deux (origan et probiotiques)

5. Système immunitaire, allergies, perméabilité intestinale

Il existe aujourd’hui des preuves expérimentales et cliniques que l’interaction des probiotiques avec le système immunitaire ne se limite pas au système digestif. Les résultats de plusieurs essais cliniques indiquent que les bactéries lactiques stimulent la production de divers anticorps dans l’organisme humain (notamment les IgA). Par exemple, des suppléments de Lactobacillus GG ont procuré une protection légère, mais significative, contre les infections du système respiratoire.

Par leur action régulatrice sur le système immunitaire, les bactéries lactiques pourraient également atténuer l’intensité de la rhinite allergique et d'autres pathologies comme l'eczéma atopique.  La raison est aussi liée à la perméabilité intestinale : les probiotiques aident à normaliser la perméabilité), y compris la malabsorption du lactose (douleurs, crampes, ballonnements)

6. MICI (maladies intestinales chroniques inflammatoires) : RCUH, Crohn

Comme ces maladies sont associées à un déséquilibre de la flore intestinale, une supplémentation par des probiotiques a été une solution envisagée pour réduire le nombre des rechutes. Une méta-analyse récente (2010) conclut que les travaux sur cette question méritent d’être poursuivis.

7. Constipation

La composition de la flore intestinale des personnes souffrant de constipation est différente de celle des personnes ayant un transit normal.  Certaines souches de probiotiques (en particulier Bifidobacterium lactis) acccélèrent le transit.

8. Autres

- Comme indiqué plus haut, un des rôles des probiotiques consiste à inhiber la prolifération de microbes pathogènes.  Plusieurs études ont par exemple démontré l'effet sur les maladies nosocomiales (les infections que l'on contracte spécifiquement à l'hôpital)

- Cancer : une étude épidémiologique et des études cliniques indiquent que les probiotiques pourraient être utiles pour prévenir le cancer et ralentir la progression des tumeurs.  Ce résultat est lié à l'effet des probiotiques sur le système immunitaire (effet modulateur)

- Détoxifiant (un microbiote en bonne santé possède un pouvoir antitoxique égal à celui du foie)

- Réduction du cholestérol

- Améliore la valeur nutritionnelle des aliments (et la biodisponibilité)

- Obésité et surpoids : plusieurs chercheurs ont montré que le microbiote des personnes obèses (ou simplement en surpoids) est beaucoup plus faible (moins de souches différentes) que celui des personnes ayant un poids normal.

- Acné : La Commission E allemande a autorisé l’usage de la levure boulardii comme traitement adjuvant pour certaines formes chroniques d’acné.

COMMENT LES CONSOMMER ?

Comme indiqué en introduction, il est conseillé de prendre les probiotiques en compléments alimentaires plutôt que d'essayer de les trouver dans l'alimentation (les yaourts, même ceux soi-disant enrichis en probiotiques, ne contiennent que très peu de bonnes bactéries, dont la plus grosse partie ne va pas résister à l'acidité de l'estomac).  

L'idéal est donc de les consommer sous forme de capsules (les sachets de poudres sont plutôt conseillés pour les enfants car plus simples à ingérer (il faut les diluer dans un liquide) en sachant qu'une bonne partie des bactéries arriveront quand même dans l'intestin sous cette forme).

Il est également important d'avoir un grand nombre de bactéries : on trouve souvent des capsules contenant 5 ou 6 milliards de bactéries, mais je préfère largement des capsules hautement dosées (25 milliards me paraît un dosage standard pour des bons probiotiques).  Les études ont aussi montré qu'il fallait souvent combiner différentes souches pour améliorer leur efficacité.  

Le produit que nous proposons sur le site contient 25 milliards de bactéries, avec 10 souches différentes (cliquez ici)

N'hésitez pas à me contacter pour toute question ou commande de préparation/synergie par mail: seb@alternatures.be 

Pour prendre rendez-vous directement en ligne: www.delronge.progenda.be

Vous pouvez aussi envoyer un mail (même vide) pour être automatiquement inscrit(e) à notre newsletter : seb@alternatures.be

Sébastien